Egalité devant la loi ? Les agresseurs-diplomates congolais courent toujours

Un an après mon agression à l’ambassade du Congo en France, toujours aucune enquête sérieuse ni interpellation. Chaque soir la lourdeur de la paupière, la difficulté d’accommoder, la fatigue oculaire me ramènent à ce Vendredi 09 octobre 2015.

En soutien à une marche qui se déroulait à Brazzaville et au cours de laquelle seront interpellés puis emprisonnés arbitrairement pendant 3 mois 12 activistes du mouvement citoyen Ras-le-bol, j’ai entrepris d’aller protester à l’ambassade du Congo en France.

Au cours de cette protestation, pour un papier et le désormais terrible mot #Sassoufit , j’ai subi l’assaut d’un agent de l’ambassade du congo suppléé par ses collègues et la lâcheté indescriptible des usagers présents dans la salle d’attente. Il apparaît au regard de la gravité de la fracture engendrée (fracture du plancher de l’orbite) et de la trajectoire initiale du coup porté (il visait la nuque) que l’agent a simplement cherché à m’assassiner.

Dans la panique des diplomates-tortionnaires, j’ai été séquestré quasiment une heure dans les locaux de l’ambassade l’oeil et le nez en sang.

La défense du droit et de la démocratie n’est pas une balade de santé. J’étais préparé à ce type de risque mais certainement pas à la lenteur administrative (et politique ?) de la police française. Un an après, l’agresseur court toujours. Aucune confrontation, aucune interpellation.

Au contraire, c’est la double peine pour la victime car je suis de fait interdit d’actes administratifs auprès de l’ambassade du Congo, un lieu de supplice et de tortures.

Un an après, une épuration ethnique est à l’oeuvre au Congo Brazzaville aujourd’hui et le silence de la patrie des droits de l’homme est,comme en 1994, le meilleur allié des nouveaux interahamwes.

Un an après, justice n’est toujours pas rendue, peut-être fallait-il pour moi me nommer Kim Kardashian ?

Le terrible mot #Sassoufit n’est pas qu’un hashtag pour les congolais. Il s’est abreuvé dans le sang de la jeunesse pour porter avec force notre aspiration à la liberté.

Le Congo sera libre !

Andréa Ngombet,

Coordinateur Collectif Sassoufit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s